INTERVIEW d'Estelle Thareau

 

 

Bonjour Estelle,

Le Chat a envie de vous connaître un peu plus ! êtes-vous prête à affronter sa curiosité ?

 

Pouvez-vous vous présenter ? Où êtes-vous né(e) ? Où avez-vous vécu ?

Est-ce que vous pouvez me parler de votre enfance ? (Les parents, les frères et sœurs…)

Quelle place la lecture occupait-elle chez vos parents ? Y avait-il des livres, des journaux, des revues ? Que lisiez-vous quand vous étiez enfant et adolescent(e) ? Quels sont les auteurs que vous aimiez ? Et maintenant ?

Et oui je veux tout savoir !

Je suis née en banlieue lyonnaise puis j’ai passé une bonne partie de ma jeunesse dans la Drôme et de mes vacances en Saône et Loire. Il y avait quelques livres dans la bibliothèque de mes parents, mais la boulimie a débuté lorsque j’ai découvert les auteurs classiques au collège puis au lycée. Trois grands auteurs m’ont marquée à cette époque : Molière, Zola et Buzzati. Ce n’est que plus tard que je me suis ouverte à la littérature contemporaine et à d’autres genres littéraires. Aujourd’hui, je lis suivant l’inspiration du moment, mais une grande partie de mes lectures concerne les essais historiques.


En dehors de votre activité d’écrivain, est-ce que vous avez un travail en plus de celui-ci ? Quelle est votre profession ? Avez-vous eu d’autres activités professionnelles ?

Est-ce que l’emploi que vous occupez vous laisse du temps pour l’écriture ?

Je suis actuellement en disponibilité ce qui me laisse beaucoup de temps pour écrire. J’ai conscience de cette chance et j’en profite autant que possible.

 

Y a-t-il des moments précis où vous écrivez ? Écrivez-vous régulièrement ou pas vraiment ? Vous est-il déjà arrivé de rester longtemps sans écrire ? Si oui, pour quelle raison ? Trouvez-vous que vous manquez de temps pour écrire ? Où écrivez-vous ? Avez-vous un espace pour écrire ?

Dans quel état êtes-vous quand vous écrivez ?

J’écris tous les jours, plusieurs heures sur mon petit bureau. Je quitte ma vie réelle pour me plonger dans celle des personnages et dans leur univers.


Pourriez-vous me raconter comment vous avez commencé à écrire ?

Qu’est-ce que vous avez commencé par écrire ? Quand ? Pourquoi ? Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ? Faisiez-vous lire ce que vous écriviez ? Si oui, à qui ? Quels étaient les avis que vous récoltiez ? Avez-vous été encouragé(e), découragé(e) ? Par qui ?

Malgré une envie ancienne, j’ai commencé à écrire, il y a seulement trois ans. Mon premier roman Orages était mon coup d’essai. Ce livre était également mon cadeau ou ma crise de la quarantaine, au choix. Puis, je l’ai fait lire à des amis qui m’ont convaincue de trouver un éditeur.


Combien de temps s’est-il écoulé entre le moment où vous avez eu un manuscrit prêt et le moment où vous avez décidé de faire des démarches pour le publier ? Est-ce que quand vous l’écriviez, vous aviez déjà en tête l’idée de le publier ? Qu’est-ce qui vous a poussé à publier ? Est-ce que vous trouvez que c’est une étape importante ? Nécessaire ? Ou pas ?

Le délai entre l’achèvement du manuscrit et les démarches pour le publier a été très court, moins de six mois. Le temps pour mon mari et mes amis de me convaincre de me lancer, car ce livre avait pour seul but de me faire plaisir et de tenter de construire un récit, des personnages, une ambiance. Je ne crois pas que la publication soit nécessaire pour écrire, mais elle apporte beaucoup de satisfaction et permets d’évoluer en se confrontant à la critique.

 

Quand avez-vous publié votre premier livre ? Quel était le mode d’édition (éditeur et lequel, ou autoédition) ? Vous rappelez-vous votre sentiment lorsque votre premier livre a été publié ?

Mon premier roman est paru en 2016 aux Éditions Taurnada. Je me souviens de mes appréhensions lorsque j’ai signé ce premier contrat, car la situation prenait une tournure que je n’avais pas envisagée à l’origine. Je ne savais dans quelle aventure je m’engageais jusqu’au moment où j’ai eu mon livre entre les mains avec un grand sentiment de joie mêlé d’incrédulité.

 

Qui a décidé de la présentation du livre sur les pages de couverture ?

Tous les éléments de couverture sont décidés conjointement avec mon éditeur. Chacun a son mot à dire, mais nous parvenons toujours à un rapide consensus.


Avez-vous participé à des concours littéraires ? Avez-vous reçu des prix ? Comment la participation se déroulait-elle ?

Non, jamais.


À partir du moment où vous avez publié votre premier ouvrage, vous a-t-il été plus facile de publier ensuite ?

J’ai surtout eu la chance de trouver un très bon éditeur en lequel j’ai confiance et qui m’a donné ma chance. Naturellement, je lui ai envoyé mes manuscrits suivants. On peut donc dire que, oui, cela a été plus facile, car je savais précisément à quel type de maison j’adressais mes textes.


Où peut-on trouver vos livres ? Vos livres se trouvent-ils en librairie et savez-vous lesquelles ? À combien d’exemplaires vos livres ont-ils été tirés ? Certains ont-ils été réédités ?

Il est possible de commander mes romans en ligne, en librairie ou sur le site de Taurnada, mon éditeur. Concernant les tirages, je vous renvoie à ce dernier, car ce genre de questions me passe largement au-dessus de la tête.

 

Pouvez-vous me parler en quelques mots de vos livres ? Est-ce qu’ils sont d’un genre particulier ? Pouvez-vous dire quelques mots du thème ou de l’histoire ? Des personnages ? Est-ce que ça se passe à une époque et dans un lieu particulier ?

Mes livres s’attachent avant tout à l’intrigue et au suspense. Bien qu’ils appartiennent au vaste genre du thriller, le lecteur n’y trouvera pas de longues successions de scènes macabres ou des hordes de psychopathes, mais des jeux de manipulations et de pistes autour d’un ou plusieurs meurtres.

 

Est-ce que vous avez écrit ce livre pour une occasion particulière ou pour témoigner de quelque chose en particulier ?

Orages est né d’un coup de cœur pour le Musée des maisons comtoises et pour cette belle région. Quant à L’Impasse, il s’agit d’un hommage rendu à mes grands-parents et au bassin minier de Montceau-Le Creusot.

 

vous serez présente aux Rencontres Littéraires « Les Polars du Chat » le 8 et 9 juillet au Creusot, Pouvez-vous me dire ce que vous attendez de ces rencontres ?

Retrouvez l’ambiance détendue et chaleureuse de la première édition en faisant de belles rencontres avec les lecteurs, mais aussi avec les différents auteurs présents.

 

Si vous aviez quelques mots à dire aux lecteurs, pour qu’ils viennent vous rencontrer au Salon ?

Plus qu’un salon, ces rencontres sont un véritable moment d’échanges en toute simplicité et en toute complicité. Je n’ai qu’une hâte revoir certains d’entre vous et découvrir de nouveaux passionnés de littérature et de polars.

 

Merci infiniment Estelle d’avoir répondu à la curiosité du Chat ! Je vous dis à très bientôt les 8 et 9 juillet au Creusot !

 

 



Ajouté le 29/06/2017 par Le Chat - 0 réaction INTERVIEW

Réagir


CAPTCHA