INTERVIEW de Florent Marotta

 

Bonjour Florent

 

Le Chat a envie de vous connaître un peu plus ! êtes-vous prêt à affronter sa curiosité ?

Pouvez-vous vous présenter ? Où êtes-vous né ? Où avez-vous vécu ?

Est-ce que vous pouvez me parler de votre enfance ? (Les parents, les frères et sœurs…)

Quelle place la lecture occupait-elle chez vos parents ? Y avait-il des livres, des journaux, des revues ? Que lisiez-vous quand vous étiez enfant et adolescent ? Quels sont les auteurs que vous aimiez ? Et maintenant ?

Et oui je veux tout savoir !

 

Bonjour. Je suis  né dans la Loire dans une ville qui s’appelle Firminy. J’ai beaucoup voyagé du fait de mon métier de militaire par le passé notamment. Je suis resté dans la Loire jusqu’à mes 18 ans et ensuite j’ai posé mes valises à Carcassonne, l’île de la Réunion, Chambéry, Paris et retour dans la Loire.

Je n’ai pas trop de souvenirs de la place qu’occupait la lecture chez mes parents étant jeune. En revanche maintenant, ma mère lit beaucoup, mon père moins. Mais je suppose que c’est normal puisque a priori il y a plus de lectrices que de lecteurs.

Adolescent je lisais peu. Des livres dont vous êtes le héros, quelques Agatha Christie.

Je peux en revanche vous parler davantage de ma période adulte. Je me suis mis à beaucoup lire car l’armée est propice à cela. On passe quand même pas mal de temps en voyage ou à attendre. L’armée aime beaucoup être en avance ! Je lis de tout, mais principalement du polar/thriller et de la Fantasy.


En dehors de votre activité d’écrivain, est-ce que vous avez un travail en plus de celui-ci ? Quelle est votre profession ? Avez-vous eu d’autres activités professionnelles ?

Est-ce que l’emploi que vous occupez vous laisse du temps pour l’écriture ?

 

Oui j’ai un travail. C’est encore obligatoire pour moi. Je travaille dans une mairie et auparavant j’ai été militaire pendant 16 ans. 8 ans comme parachutiste de l’armée de Terre et 8 ans en gendarmerie. L’emploi que j’ai maintenant me laisse du temps pour écrire, le soir surtout. Mais tout le monde peut trouver le temps, c’est un peu mon leitmotiv. Si vous faites le bilan du temps que vous passez à rien faire ou à écouter ou regarder des âneries dans une journée, vous serez sûrement surpris.


Y a-t-il des moments précis où vous écrivez ? Écrivez-vous régulièrement ou pas vraiment ? Vous est-il déjà arrivé de rester longtemps sans écrire ? Si oui, pour quelle raison ? Trouvez-vous que vous manquez de temps pour écrire ? Où écrivez-vous ? Avez-vous un espace pour écrire ?

Dans quel état êtes-vous quand vous écrivez ?

 

Avant, c’est-à-dire il y a quelques années j’avais besoin de mon calme, de mon endroit. Maintenant je peux écrire partout. J’écris en revanche régulièrement presque tous les jours, en tout cas c’est le but vers lequel je tends. Il m’est arrivé de rester longtemps sans écrire au sens d’écrire le roman. Parce que sinon entre deux livres je prépare le suivant, je suis un grand fan de la préparation.


Pourriez-vous me raconter comment vous avez commencé à écrire ?

Qu’est-ce que vous avez commencé par écrire ? Quand ? Pourquoi ? Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ? Faisiez-vous lire ce que vous écriviez ? Si oui, à qui ? Quels étaient les avis que vous récoltiez ? Avez-vous été encouragé, découragé ? Par qui ?

 

Ce qui m’a amené à l’écriture ce sont mes lectures couplées aux jeux de rôle. On écrivait des scénarii des backgrounds de personnages. Mais ma première fiction date de 1997, de la Fantasy. J’ai toujours fait lire ce que j’ai écrit à mon entourage. Je n’ai jamais été réellement encouragé, j’ai toujours trouvé que cela paraissait assez banal, mais je n’ai pas été découragé non plus.

 

Combien de temps s’est-il écoulé entre le moment où vous avez eu un manuscrit prêt et le moment où vous avez décidé de faire des démarches pour le publier ? Est-ce que quand vous l’écriviez, vous aviez déjà en tête l’idée de le publier ? Qu’est-ce qui vous a poussé à publier ? Est-ce que vous trouvez que c’est une étape importante ? Nécessaire ? Ou pas ?

 

Depuis que j’écris, j’ai toujours eu dans la tête l’idée de me faire éditer. C’était même obsessionnel. Ça devient même psychologique en fait. Il y a chez moi comme une envie de revanche, de me prouver des choses. L’édition, traditionnelle ou auto, est pour moi une nécessité. Je ne comprends pas comment on peut garder un écrit confidentiel. C’est ma vision, mais pour moi un roman est fait pour être lu et si possible par le plus grand nombre.

 

Quand avez-vous publié votre premier livre ? Quel était le mode d’édition (éditeur et lequel, ou autoédition) ? Vous rappelez-vous votre sentiment lorsque votre premier livre a été publié ?

 

Mon premier livre l’a été en autoédition, tout comme les deux qui ont suivi. C’est justement grâce aux bonnes critiques de l’un d’eux que j’ai pu trouver un éditeur par la suite.

 

Qui a décidé de la présentation du livre sur les pages de couverture ?

 

L’éditeur, toujours en collaboration malgré tout.


Avez-vous participé à des concours littéraires ? Avez-vous reçu des prix ? Comment la participation se déroulait-elle ?

 

Mon livre de Fantasy urbaine, Yzé et le palimpseste qui est le premier tome d’une série a reçu le prix Plume libre de bronze. C’est encourageant. C’est la première fois que ça m’arrive et ça rebooste toujours un peu.


À partir du moment où vous avez publié votre premier ouvrage, vous a-t-il été plus facile de publier ensuite ?

 

Oui ça m’a été plus facile. Non pas que l’on vous passe tout, loin de là, mais disons qu’il est plus facile de prendre des contacts.


Comment avez-vous diffusé l’ouvrage ? Où l’avez-vous diffusé ? Pourquoi avez-vous publié en auto-édition ?

 

Amazon est la meilleure plateforme pour cela à mon sens. Après derrière il faut faire un gros travail, mais la place manque ici pour parler de cela tellement le sujet est vaste.


Où peut-on trouver vos livres ? Vos livres se trouvent-ils en librairie et savez-vous lesquelles ? À combien d’exemplaires vos livres ont-ils été tirés ? Certains ont-ils été réédités ?

 

Mes livres édités par Taurnada sont trouvables et/ou commandables partout. Les autres sont sur Amazon.

J’ai dernièrement récupéré les droits pour la première aventure de mon héros vu dans Le Visage de Satan et j’attends de lui donner une seconde jeunesse.

 

Pouvez-vous me parler en quelques mots de vos livres ? Est-ce qu’ils sont d’un genre particulier ? Pouvez-vous dire quelques mots du thème ou de l’histoire ? Des personnages ? Est-ce que ça se passe à une époque et dans un lieu particulier ?

 

Les thèmes et sujet sont très variés et en plus j’aime changer. Difficile de répondre à ces questions en quelques lignes. Mes deux thrillers autoédités sont des histoires sur les thèmes du complot. Le Visage de Satan et L’échiquier d’Howard Gray mettent en scène un détective ancien policier dans différentes aventures.

 

Vous serez présent au Rencontres Littéraires « Les Polars du Chat » le 8 et 9 juillet au Creusot, Pouvez-vous me dire ce que vous attendez de ces rencontres ?

 

Les salons sont toujours une opportunité pour les auteurs de discuter avec des gens passionnés. Alors comme d’habitude, je pense que ce salon sera riche en partage.

 

Si vous aviez quelques mots à dire aux lecteurs, pour qu’ils viennent vous rencontrer au Salon ?

 

À bientôt de vous voir au Creusot. Venez nombreux pour que vive le salon.

 

Merci infiniment Florent d’avoir répondu à la curiosité du Chat ! Je vous dis à très bientôt les 8 et 9 juillet au Creusot !

 

 



Ajouté le 30/06/2017 par Le Chat - 0 réaction INTERVIEW

Réagir


CAPTCHA