INTERVIEW de Nicolas Le Breton

 

Bonjour, Nicolas

Pouvez-vous vous présenter ? Où êtes-vous né(e) ? Où avez-vous vécu ?

 

Je suis né à Saint-Martin d’Hères, Isère, mais ai passé enfance et adolescence en Haute-Savoie. Je n’avais que trop hâte de sortir de Thonon-les-Bains, et n’ai commencé à vivre qu’une fois arrivé à Lyon pour mes études. Depuis, mis à part une année et demie passé au Japon, je suis resté fidèle à la capitale des Gaules.

 

Est-ce que vous pouvez me parler de votre enfance ?

Quelle place la lecture occupait-elle chez vos parents ? Y avait-il des livres, des journaux, des revues ? Que lisiez-vous quand vous étiez enfant et adolescent ? Quels sont les auteurs que vous aimiez ? Et maintenant ?

 

Après des premières années un peu secouées (pour bonne part à mon insu), j’ai été élevé dans une famille de 4 enfants. Père architecte

Sinon, niveau auteurs marquants : HG Wells, Roald Dahl, Michael Ende (l’Histoire sans Fin…), Robert-Louis Stevenson, Enid Blyton, etc… entre la bibliothèque paternelle et la bibliothèque municipale littéralement à cent mètres, je n’ai pas eu de souci d’accès à la culture?

 

En dehors de votre activité d’écrivain, est-ce que vous avez un travail en plus de celui-ci ? Quelle est votre profession ? Avez-vous eu d’autres activités professionnelles ?

Est-ce que l’emploi que vous occupez vous laisse du temps pour l’écriture ?

 

J’ai exercé pendant 18 ans en tant que guide à l’Office de Tourisme. Et je suis… en reconversion. L’écriture me bouffe beaucoup de temps, et je me dis que j’aurais pu faire cent carrières fructueuses, socialement et pécunièrement reconnues, mais voilà. J’ai le cerveau qui ne jouit que dans l’éclair de l’inspiration, et dans la frénésie de la rédaction enfiévrée ^^

Oh, si, d’autres manières aussi, mais je laisse ça dans l’intimité ^^

 

Y a-t-il des moments précis où vous écrivez ? Écrivez-vous régulièrement ou pas vraiment ? Vous est-il déjà arrivé de rester longtemps sans écrire ? Si oui, pour quelle raison ? Trouvez-vous que vous manquez de temps pour écrire ? Où écrivez-vous ? Avez-vous un espace pour écrire ? Dans quel état êtes-vous quand vous écrivez ?

 

J’écris très régulièrement. mes seuls vrais arrêts sont entre deux romans, pour laisser reposer et retrouver la volonté… vivre un peu une vie « normale » ^^

La seule fois où j’ai arrêté d’écrire, quelques mois; ça a été pour une fille, et ça n’a pas été une franche réussite ^^

 

Pourriez-vous me raconter comment vous avez commencé à écrire ?

Qu’est-ce que vous avez commencé par écrire ? Quand ? Pourquoi ? Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ? Faisiez-vous lire ce que vous écriviez ? Si oui, à qui ? Quels étaient les avis que vous récoltiez ? Avez-vous été encouragé, découragé ? Par qui ?

 

Cela a commencé au Japon. Nous avions développé avec un ami tout un passé à l’Univers Star Wars. J’ai élaboré une trame dans la solitude des salles de cours japonaises puis… me suis, dit, pourquoi se faire ch… à développer l’univers d’un autre. Donc j’ai créé mon propre univers de SF, et ai écrit dessus… à tort et à travers :-D

 

Combien de temps s’est-il écoulé entre le moment où vous avez eu un manuscrit prêt et le moment où vous avez décidé de faire des démarches pour le publier ? Est-ce que quand vous l’écriviez, vous aviez déjà en tête l’idée de le publier ? Qu’est-ce qui vous a poussé à publier ? Est- ce que vous trouvez que c’est une étape importante ? Nécessaire ? Ou pas ?

 

J’ai écrit deux énormes romans… impubliables, les ai proposé, ai essuyé des refus. Me suis entêté. Après 10 ans d’écriture, mon premier roman est paru, le reste a suivi… et ne s’arrêtera pas de sitôt j’espère.

 

Quand avez-vous publié votre premier livre ? Quel était le mode d’édition ? Vous rappelez-vous votre sentiment lorsque votre premier livre a été publié ?

 

2008 édition pro à compte d’éditeur. 11 ans d’essais, mazette ! Mais je suis mainteant aux Moutons Electriques, éditions de grande classe, et c’est une des grandes fiertés de ma vie.

 

Je me sentais surtout soulagé d’y être enfin arrivé. Et j’avais hâte d’en découdre pour la suite. j’avais tellement / j’ai tellement de manuscrits et de synopsis sous le coude, que trois vies ne suffiraient pas à tout écrire.

 

Qui a décidé de la présentation du livre sur les pages de couverture ?

 

Je laisse cela à mon éditeur et à son graphiste. De toute façon j’ai le meilleur graphiste du monde, pour mes couv’, et il s’appelle Melchior Ascaride. Na !

 

Avez-vous participé à des concours littéraires ?

 

Jamais de concours littéraire. J’ai fais assez de rédactions dans mon éducation comme tout le monde ! Et je n’y arrive pas, dans les contraintes artificielles d’un concours (à mon goût).

Je veux être liiiiibre ! ^^

 

À partir du moment où vous avez publié votre premier ouvrage, vous a-t-il été plus facile de publier ensuite ?

 

Bien sûr, mais rien n’est jamais gagné… il faut convaincre l’éditeur à chaque fois.

 

Pour ceux et celles qui ont fait l’expérience de l’auto-édition ?

 

Pas d’auto-édition, ce n’était pas aussi facile à l’époque où j’ai commencé. Ou alors je suis passé à côté ?

 

Où peut-on trouver vos livres ? Vos livres se trouvent-ils en librairie et savez-vous lesquelles ? À combien d’exemplaires vos livres ont-ils été tirés ? Certains ont-ils été réédités ?

 

Ouh là j’ai perdu le compte… ou je ne l’ai jamais su exactement.

Mes plus gros tirages devaient avoisiner les 4 ou 5 000 ex. Chez Ouest-France. Et avec la Geste de Lyon, avec tous les tirages et bientôt 10 ans d’existence de ces 3 romans réédités en un volume, je dois bien être à 3000 ex. vendus… si ce n’est plus.

Je suis pas mal en bibliothèque dans la région lyonnaise (je suis un auteur « local »)

 

Pouvez-vous me parler en quelques mots de vos livres ? Est-ce qu’ils sont d’un genre particulier ? Pouvez-vous dire quelques mots du thème ou de l’histoire ? Des personnages ? Est-ce que ça se passe à une époque et dans un lieu particulier ?

 

Je suis… éclectique. Mais le fil commun est l’histoire : roman historique, polar historique, ou histoire déviée de son cours (uchronie)

 

 Est-ce que vous avez écrit ce livre pour une occasion particulière ou pour témoigner de quelque chose en particulier ?

 

Jusqu‘à présent, le choix de mes ouvrages s’est fait en étroite collaboration avec mes éditeurs successifs.

Le dyptique Âmes Envolées / Cœurs enchaînés est un hommage à toute la littérature qui a bercé mon enfance (Wells, Verne…). C’est un grand récit d’aventure, d’espionnage et d’enquête qui fait revivre l’époque des grands zeppelins… enfin, une époque fort différente en même temps, mais voilà…

Mon prochain roman, « Sherlock Holmes aux Enfers », est d’une toute autre nature. C’est un roman où j’ai sans doute mis le plus de moi, et en même temps le plus libre, le plus fou, le plus… ah, j’ai hâte de le voir publié… mais pas avant octobre !!

 

 

Vous serez présent au Rencontres Littéraires « Les Polars du Chat » le 8 et 9 juillet au Creusot, Pouvez-vous me dire ce que vous attendez de ces rencontres ?

 

De la bonne rigolade, des belles rencontres… et un plan sérieux, cette fois, pour conquérir le monde. Parce que la dernière fois, on était tous un peu dissipés sur le sujet ^^

   

Si vous aviez quelques mots à dire aux lecteurs, pour qu’ils viennent vous rencontrer au Salon ?

 

Si vous ne venez pas, je vous conseille de tracer un pentacle solide pour vous préserver de la morsure des démons du regret éternel !

 

Merci infiniment Nicolas d’avoir répondu à la curiosité du Chat ! Je vous dis à très bientôt les 8 et 9 juillet au Creusot ! 

 



Ajouté le 03/07/2017 par Le Chat - 0 réaction INTERVIEW

Réagir


CAPTCHA